Partagez :

Yo !

Pour mon premier article hors-sujet, je vais vous parler de ma deuxième grande passion avec les Carddass : les Tortues Ninja, et plus précisément des comics. En France, on connaît surtout les tortues pour les différents dessins animés, les films et les gammes de jouets, mais beaucoup moins pour les comics. En effet, la licence a longtemps souffert (et c’est encore le cas aujourd’hui) de son image d’œuvre pour enfants. C’est dû essentiellement au fait qu’elle est arrivée chez nous grâce à la série animée. Il y a trente ans, être un adolescent ou un adulte et s’intéresser aux Tortues Ninja ? Trop puéril ! Aujourd’hui, être un adulte et s’intéresser aux Tortues Ninja ? Uniquement par nostalgie de ce qu’on a connu enfant !

C’est ainsi que les différentes tentatives de faire découvrir au lectorat français les comics Teenage Mutant Ninja Turtles, sombres et violents et donc adressés à un public adulte, ont été infructueuses. En 1991 et 1992, les éditions Glénat, via leur collection Comics USA, ont sorti deux albums, qui compilent les comics numéros 1 à 3 (en version colorée provenant de l’album relié édité par First Publishing aux États-Unis) et 24 à 26 du comics d’origine (le volume 1 de Mirage Studios). Les éditions Wetta ont publié entre 2007 et 2010 quatre tomes des Chroniques des Tortues Ninja, reprenant plusieurs numéros du volume 2 des Tales of Teenage Mutant Ninja Turtles. En 2012 et 2013, Soleil US Comics publia, en quatre albums, les seize premiers numéros du comics en cours chez IDW aux États-Unis depuis 2011. Et enfin, on y est, depuis 2018, un jeune éditeur, bien plus sérieux que les autres, Hi Comics, a repris le comics d’IDW là où Soleil s’est arrêté (avant de republier dans un énorme volume numéroté 0 le début de l’histoire, les tomes de Soleil étant devenus difficilement trouvables à prix correct) et a sorti, fin octobre 2019, un recueil reprenant les sept premiers comics Tortues Ninja du volume 1 Mirage, ainsi que le one-shot Raphael. Nous avons enfin la chance de pouvoir profiter en France du comics d’origine de nos quatre héros à carapace, dans une magnifique édition qui reprend parfaitement le premier tome des Ultimate Collection d’IDW, avec les pages d’anecdotes et d’explications par Peter Laird et Kevin Eastman après chaque histoire.

C’est à l’occasion de cette sortie, qui m’a replongé corps et âme dans les comics Tortues Ninja, que je vais vous présenter mes histoires préférées du comics. Un faible nombre de ces histoires est disponible en français, mais si mes présentations vous ont donné envie et que vous vous débrouillez en anglais, n’hésitez pas à vous les procurer ! Cette liste de numéros n’a pas vocation à être un classement, je les présente dans un ordre chronologique.

Volume 1 no.1 (mai 1984)
Kevin Eastman et Peter Laird
Disponible chez nous dans le tome 1 des TMNT Classics chez Hi Comics

C’est le commencement. Une histoire mythique. Le cadre est posé, tout y est : les cinq personnages centraux (n’oublions pas Splinter), leur origine, leur éternel ennemi. Les rues sales de New York. C’est sombre, c’est violent, c’est nerveux. C’est un délice !

Leonardo, Raphael, Donatello et Michaelangelo (et pas « Michelangelo » à l’époque) font leur première sortie hors des égouts et se retrouvent face au dangereux gang des Purple Dragons. Vont-ils réussir à s’en sortir ?

Micro series Raphael (avril 1985)
Kevin Eastman et Peter Laird
Disponible chez nous dans le tome 1 des TMNT Classics chez Hi Comics

Il s’agit du premier comics centré sur un personnage en particulier. Sur deux personnages en réalité, vu que c’est ici qu’un personnage clé fait son apparition. Raph, sur les nerfs comme d’habitude (voire même encore plus que d’habitude, vu que les quatre frères sont inquiets suite à la disparition de leur maître), sort se balader et tombe sur le chemin de Casey Jones, un mec encore plus taré que lui. Cette rencontre fait réaliser à Raphael que la violence et la colère ne sont pas la réponse à tout et une amitié est née.

Micro series Leonardo (décembre 1986), volume 1 no.10 (avril 1987) et volume 1 no.11 (juin 1987)
Kevin Eastman et Peter Laird
Bientôt disponible chez nous dans le tome 2 des TMNT Classics chez Hi Comics

Il s’agit là d’une histoire charnière dans la continuité Mirage et qui en dit beaucoup sur la psychologie de nos héros. Elle commence par Leonardo qui sort s’entraîner sur les toits du Lower East Side en cette veille de noël enneigée. Le Foot Clan lui tombe rapidement dessus. Pendant qu’il se bat avec beaucoup de difficultés contre le mystérieux clan millénaire, Mikey, April et les autres décorent le sapin et préparent tranquillement le repas du réveillon. Le génie du one-shot Leonardo tient en sa mise en page, grâce à laquelle chaque planche finit par une case toujours du même format, où l’on voit le bonheur de la préparation de la fête de noël, qui contraste complètement avec l’âpreté de la bataille qui a lieu tout près.

Leonardo, en très mauvais état, parvient ensuite à retrouver les siens. Malheureusement, il n’est pas venu seul et un vieil ennemi fait son retour. À la suite de cette bataille épuisante, s’ensuit un long exil en pleine campagne dans une vieille ferme du Massachusetts appartenant à la famille de Casey. Nos héros sont détruits, autant physiquement que mentalement. Il leur faudra du temps pour s’en remettre.

Tales of volume 1 no.4 (janvier 1988)
Jim Lawson et Ryan Brown

Face à la demande de plus en plus importante d’histoires de tortues et avec le temps qui commence à manquer pour Eastman et Laird, de plus en plus occupés dans la gestion d’une licence qui commence à prendre de l’ampleur, les deux créateurs du comics offrent à deux jeunes artistes de chez Mirage, Ryan Brown et Jim Lawson, l’opportunité de participer à l’enrichissement de la mythologie des Tortues Ninja en produisant des histoires développant l’univers de nos héros via une série de comics dérivée, les Tales of the Teenage Mutant Ninja Turtles. Seuls sept numéros ont été publiés entre 1987 et 1989, mais Brown et Lawson ont eu le temps de créer des personnages devenus cultes comme Leatherhead ou Nobody.

Le numéro 4 des Tales of raconte une aventure arrivée à nos héros pendant leur exil à Northampton. Les quatre tortues, accompagnées de Casey Jones, profitent de leurs vacances imposées pour partir faire de l’urbex dans une usine désaffectée. Ils se retrouvent face au maître des lieux, qui n’est pas habitué à une compagnie autre que celle des rongeurs. La suite de l’histoire est marquée par une réflexion philosophique autour de la solitude et du fait que chacun est le monstre de l’autre. Pour moi, ce comics est le summum du dessin de Jim Lawson.

Volume 1 no.24 (août 1989), volume 1 no.25 (septembre 1989) et volume 1 no.26 (octobre 1989)
Rick Veitch
Disponible chez nous dans l’album La Rivière chez Comics USA

Nos héros sont toujours à Northampton. Alors que Raphael chahute pendant une leçon de Splinter, il se fait mordre par une sangsue qui va aspirer le mutagen qui est en lui. Il va retourner petit à petit vers l’enfance et l’état de pré-mutation pendant que l’invertébré va se mettre à grandir et à devenir de plus en plus dangereux. Pour sauver leur frère, Mikey, Donnie et Leo vont devoir remonter la rivière et rencontrer un sorcier natif américain.

Volume 1 no.28 (février 1990)
Stephen Murphy et Jim Lawson

Toujours près de la rivière de Northampton, les quatre frères, April et Casey vont faire un pique-nique le long du rivage. Ils trouvent, amenée par le courant, une femme poisson mutante en train de mourir. Quatre hommes de son peuple, croyant qu’elle a été tuée par les tortues, se mettent à les affronter. Cette aventure est teintée de désespoir, les poissons anthropomorphe étant les derniers de leur espèce…

Volume 1 no.48 (juin 1992) et volume 1 no.49 (juillet 1992)
Peter Laird, Kevin Eastman et Jim Lawson

Lors d’un jeu de piste entre les tortues et Casey, ce dernier se retrouve nez à nez avec une bande d’adolescents qui cherchent à l’agresser. En essayant de s’en sortir, il tue accidentellement l’un d’entre eux. Complètement perdu suite à cet événement, il se met à déprimer et à se poser des questions existentielles, pas aidé par l’alcool qu’il boit pour oublier. Ne sachant plus où il en est, il se met à chercher des noises à Donatello, qui est la tortue avec lequel il a le moins d’affect et qu’il considère comme méprisant. Leur affrontement, sur un tronc d’arbre au-dessus de la rivière, est l’une de mes scènes préférées de tous les comics Tortues Ninja.

Les numéros que je viens de lister correspondent à mes histoires préférées, mais toute la partie canonique de Mirage vaut le coup. S’il n’y a que des comics de la première époque, c’est que je n’ai encore que très peu lu ceux du volume 4 et des Tales of volume 2, sortis chez Mirage dans les années 2000. Je ne parle pas du volume 2, du volume 3 (Image Comics) et du volume 5 (actuellement chez IDW), car les histoires y sont continues, alors que les histoires courtes, avec un début et une fin bien définis, ont plus tendance à me marquer que les histoires longues.

En tout cas, ce que l’on peut remarquer, c’est que ma sélection est pleine d’histoires liées au questionnement sur soi-même, qui est-on, d’où vient-on, quelle est notre place dans la société. Mais je pense que ce n’est pas seulement lié à moi, mais que la plupart des productions Mirage sont imprégnées de ces questions, qui à mon avis sont intimement liées à la difficulté qu’ont eu Laird et Eastman à être reconnus en tant qu’auteurs, puis au succès qui est arrivé trop soudainement.

J’espère que cet article vous aura donné envie de lire les comics, si ce n’est pas déjà fait !

Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *