Partagez :

Printemps 1996. Je finissais tranquillement mon année de CE2, ma deuxième année de suite avec Madame Foll (même si pendant la plus grande partie de mon CE1 elle était en congé maternité), quand tout à coup, je fis face à un événement qui changea ma vie à tout jamais. Pendant une récréation, alors que je déambulais dans la cour,  je trouve par terre, près du mur du réfectoire, plusieurs cartes Sailor Moon. C’était la première fois de ma vie que j’en voyais et je pense même que j’ignorais leur existence. Ce fut la révélation : je les ai immédiatement trouvées magnifiques. Comment des cartes pour filles pouvaient être aussi belles ? Cela devait être dû à mon goût (déjà !) pour les couleurs pastel et à cette maquette qui est toujours ma préférée parmi toutes les maquettes de Carddass (et qui ne se retrouve pas uniquement dans cette série, j’en parlerai plus bas). Cette découverte m’a permis de m’ouvrir très tôt aux cartes autres que Dragon Ball. Il faut ensuite faire un bond dans le temps de quatorze ans pour se retrouver en 2010, année où je redécouvre cette série et où je réussis à obtenir le full set.

Le booster

Les Carddass françaises Sailor Moon, sorties en 1996 et qui n’ont eu le droit qu’à une seule partie sont, comme les Carddass françaises Dragon Ball, une traduction des Carddass japonaises. Elles correspondent à la part 6 des Carddass Graffiti, sortie en 1995. Comme pour les Carddass Dragon Ball, Bandai France a fait le choix de ne pas commencer la publication par le début de la série, mais de reprendre une part sortie récemment au Japon. Le décision a été prise, je pense, pour coller avec les épisodes diffusés dans le Club Dorothée au moment de la sortie des cartes afin d’augmenter leur force marketing et de faire de la série animée une sorte de publicité pour les Carddass. Cependant, vu qu’il n’y a eu qu’une seule partie de sortie, on peut en déduire que ce ne fut pas un grand succès commercial. Cela peut s’expliquer par le fait que les cartes à collectionner ne sont pas un produit traditionnellement (du moins à l’époque) marketé pour les filles en France. Au moins, Bandai France aura essayé, et nous ne pouvons que lui en être reconnaissant pour cela.

La booster box

Au niveau de la composition de la box, des boosters et de la répartition des cartes, on reste dans du Bandai France classique : chaque box contient trente pochettes, qui contiennent cinq cartes. La répartition des prismes est d’une sur vingt cartes. La part est composée de trente-huit cartes normales, de quatre prismes simples, de deux prismes doubles et d’une carte hors-série.

Le dos du booster avec la répartition des prismes

Comme pour les trois premières séries de Carddass Dragon Ball sorties en France (l’équivalent des Carddass part 16 et des Carddass Super Battle parts 12 et 13), la booster box des Carddass Sailor Moon est plate. Cela permet de situer la sortie de la série lors du premier semestre 1996, vu que Bandai a ensuite sorti trois parts de Carddass Le Grand Combat Dragon Ball en 1996 distribuées dans des box hautes.

La carte hors-série

Comme pour Dragon Ball, les Carddass Sailor Moon ont eu droit à leur carte hors-série. Ce sont les deux seules licences qui ont bénéficié d’une carte HS, il faut donc donner à cette carte tout l’amour qu’elle mérite. Pour situer la période exacte de publication de cette série, il faut se dire que sur les cinq parties de Carddass Le Grand Combat Dragon Ball sorties en 1996, seules les deux premières ont eu une booster box plate et la première d’entre elles n’a pas eu de carte hors-série. On peut donc légitimement affirmer que les Carddass françaises Sailor Moon sont sorties en même temps que la partie 3 des Carddass Le Grand Combat.

Les deux puzzles Sailor Team

La première chose qui saute aux yeux sur cette série, ce sont les couleurs. Effectivement, c’est Sailor Moon, c’est pour les filles et donc c’est rose. Mais, pas seulement ! Le contour des cartes est composé de dégradés de couleurs pastel du plus bel effet. Ce que j’aime avec cette série, c’est que les cartes ne sont pas organisées aléatoirement et qu’il y a différents patterns que l’on peut déceler, le premier étant les codes couleur et les foil marks :

La maquette, quant à elle, elle est très proche de celles d’autres séries de Carddass (et même de cartes non officielles), parmi mes préférées : Carddass Visual Adventure Special Dragon Ball, Carddass Memorial Yū Yū Hakusho, Carddass Pocket Monsters et… Adali Super Hero Dragon Ball !

Les différentes séries de cartes avec une maquette proche

Un autre pattern qui se retrouve dans cette part 6 des Carddass Graffiti, c’est la répartition des cartes par personnage. Chaque personnage bénéficie de quatre cartes, toutes à la suite. Sur les dix guerrières présentes sur les deux cartes puzzle présentant la Sailor Team, neuf ont le droit à ces quatre cartes. Seule Sailor Saturn n’a le droit qu’à une seule carte solo, le dessous de la double prisme no. 241, cachée sous le top layer Chibi Sailor Moon. Ces quatre cartes suivent également un ordre et un thème bien spécifiques, symbolisés par les marques de jeu, présentes en bas à droite des cartes :

Il existe trois autres marques de jeu qui jouent également un rôle dans les règles (j’y reviendrai plus tard) :

Les visuels des cartes ne suivent pas un ordre chronologique particulier. C’est normal pour une série de Carddass annexe qui met en avant un concept plutôt qu’une histoire, comme c’est le cas pour les Super Battle (chaque part contient quatre suites de onze cartes d’un même thème, classées de la plus puissante à la moins puissante), les Super Barcode Wars et Characters Collection Dragon Ball (presque tous les personnages de l’anime et des films ont droit à leur portrait) ou les Memorial Carddass Yū Yū Hakusho (reprise des visuels les plus emblématiques des Carddass de la licence). Aucun autre personnage que les Sailor (à part Bourdu et Artemis que l’on croise chacun une fois) n’est présent. La plupart des visuels sont tirés du film Sailor Moon S, mais les visuels choisis et l’organisation des cartes ne permettent pas d’en profiter. Parmi toutes les cartes présentes dans la part, mes préférées sont les cartes Coupe Magique, qui ont les visuels les plus sympas, les plus uniformes aussi, avec en arrière-plan le portrait sépia de la Sailor en question. Ce sont leurs cartes totem.

Les dix cartes totem

Au dos des cartes, il y a deux blocs de texte : un qui présente la carte et un qui contient une partie des règles du jeu. Derrière les double prismes, ce qui est écrit est assez culte : « Cette carte est une double prisme. Décolle la carte du dessus et tu en découvriras une autre ! » Merci Bandai, c’est à cause de cela que des noobs ont pu savoir qu’ils avaient des double prismes (alors que le plus beau dans les Carddass, c’est quand tu découvres tout seul la technique pour savoir si ta carte est spéciale ou pas). Ce texte fait bien évidemment penser aux textes sur les Carddass françaises Dragon Ball, qui présentent aussi leur lot de phrases cultes !

Le dos des cartes

Comme promis, voici les règles du jeu, retranscrites telles qu’elles sont présentées au dos des cartes :

  • Les cartes se rangent selon leur couleur de bordure ou selon les marques de jeu en bas à droite.
  • Essaie d’aligner les cartes verticalement selon les couleurs de bordure et horizontalement selon les marques.
  • Les cartes 217 à 220 sont des cartes à thème. On les aligne verticalement selon leur couleur de bordure.
  1. Il faut trouver trois talismans différents pour posséder la Coupe Magique !
  2. Il faut jouer avec les marques du jeu en bas à droite du recto de la carte.
  3. Il existe sept marques de jeu, leurs noms sont sur le tableau au dos des cartes 257 et 258.
  4. Il faut être un minimum de deux joueurs.
  5. Il faut bien battre les cartes et faire une pile, dos dessus.
  6. Les joueurs prennent une carte à tour de rôle.
  7. Si tu possèdes une carte de talisman sabre, miroir ou perle, garde-la en main.
  8. Tu dois aligner tes talismans devant toi, côté face, afin que les autres joueurs puissent les voir.
  9. Si tu tires une carte sans talisman, reporte-toi aux règles 11 à 15.
  10. Après avoir suivi une des règles 11 à 15, les cartes sans talisman sont jetées dans la pioche.
  11. Si une carte portant un triangle sort, l’ordre des joueurs pour tirer les cartes est inversé.
  12. Si tu tires une carte portant un EX doré, tu peux prendre à l’un des joueurs la carte que tu veux…
  13. … mais si un joueur a au moins deux cartes de même couleur de bordure, tu ne peux pas les lui prendre.
  14. Si tu tires une carte avec un EX argenté, il faut jeter toutes tes cartes talisman dans la pioche.
  15. Si tu tires la carte de la Coupe Magique avant d’avoir les trois talismans, il faut la jeter dans la pioche.
  16. Si tu tires une carte portant un talisman que tu as déjà, il faut en jeter une des deux dans la poche.
  17. Une fois la pile de cartes épuisée, il faut prendre la pioche, la battre et la remettre en jeu.
  18. Si tu tires la Coupe Magique et que tu possèdes trois talismans différents, tu as gagné !

Vous êtes prêts à jouer ?

Pour finir, je vais vous présenter la façon dont j’ai rangé cette série. Elles sont dans un Carddass Station et l’aspect global est magnifique. J’ai recouvert le tout de film plastique transparent pour que ça soit bien protégé, et ça m’a permis d’insérer tranquillement le booster sur la deuxième de couverture. Ok, le classeur est anachronique vu que c’est un CS Sailor Moon Super S et que les cartes sont Sailor Moon S, mais cet ensemble entièrement rose me fait pleurer des larmes de bonheur à chaque fois :

Voilà pour cette série de cartes qui fait clairement partie de mes préférées. C’est toujours un plaisir d’admirer ces cartes. Les différents patterns apportent un côté organisé à la série, ce qui n’est pas pour me déplaire, ayant toujours tendance à rechercher les motifs et la symétrie dans à peu près tout ce qui passe devant mes yeux. Cela faisait longtemps que j’avais envie de parler des Carddass Graffiti françaises. J’avais hésité avec une vidéo, mais je suis beaucoup plus à l’aise à l’écrit et je peux présenter plus de détails. J’espère que cet article, qui célèbre aussi les cinq ans d’existence de ce blog, vous aura plu et je vous dis à la prochaine pour un nouvel article extraordinaire !

Partagez :

2 thoughts on “Carddass françaises Sailor Moon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *